3 Boulevard du Lycée, 74000 Annecy
Amicale philatélique d’Annecy
Type Sage – le 15c bleu seul sur papiers d’affaires recommandés

Type Sage – le 15c bleu seul sur papiers d’affaires recommandés

L’impression du timbre-poste type Sage 15c type II bleu commence dès avril 1878. Ce 15c bleu est destiné à l’affranchissement des lettres simples au tarif du 1er mai 1878 qui reste en vigueur jusqu’au 15 avril 1906.  Par conséquent, c’est le timbre-poste le plus utilisé de l’émission type Sage.

Mais il y a des emplois peu communs de ce timbre. Par exemple, le tarif du 1er avril 1898 baisse le droit fixe de recommandation de 25c à 10c pour les papiers d’affaires. Ce tarif permet une utilisation imprévue de ce timbre à 15c.

Exemple : Lettre recommandée (« R » en noir) de Rumilly pour Annecy affranchie de l’émission Sage (YT n° 101Ba – type II E, 15c, port pour le 1° échelon des « papiers d’affaires » recommandés (mention mauscrite en haut à gauche), i.e. 10c pour le droit de recommandation, tarif du 1er avril 1898, et 5c pour le port, tarif du 1er janvier 1876) oblitérée et marquée par le timbre à date type A2 I (« HTE  SAVOIE ») de Rumilly, 3E levée du 3 mai 1899.

1872 – un Convoyeur Station taxé  (I)

1872 – un Convoyeur Station taxé (I)

Le 5 octobre 1867, un service des courriers-convoyeurs fut établi entre Chambéry et Annecy par Aix-les-Bains assuré par des employés des postes travaillant dans un ou deux compartiments de wagons-voyageurs ou dans le fourgon. Pour marquer les pièces postales directement déposées dans la boîte mobile des gares ou remises en main propre au convoyeur, il fut utilisé un timbre dit « courrier-convoyeur-station ».

Jusqu’au mi-mai 1876, la mission d’oblitérer les timbres ou taxer les plis restait réservée au bureau ambulant ou au bureau sédentaire au terminus.

Exemple d’une taxation (en haut) : Lettre simple non affranchie déposée à Annecy pour Rumilly, acheminée par le convoyeur à Rumilly, où elle fut taxée par le timbre-taxe (YT n° 7, 40c, tarif du 1er septembre 1871), oblitération par le T17 de Rumilly, le 10 mai 1872.

Articles connexes :

Septembre 1871 – un Convoyeur Station avec un affranchissement tricolore

Septembre 1871 – un Convoyeur Station avec un affranchissement tricolore

Pour cause des conséquences de la guerre 1870/71, l’administration augmenta les ports le 1er septembre 1871. Le port d’une lettre simple (poids jusqu’à 10 g) par exemple monta de 20c à 25c. Alors, il a été nécessaire d’émettre un nouveau timbre à 25c. Émis en théorie le 1er septembre 1871, ce nouveau timbre-poste de l’émission Cérès III° République ne sera pas disponible immédiatement dans tous les bureaux de poste, par mesure d’économie principalement, pour épuiser les anciennes valeurs disponibles.

Par conséquent, on trouve les courriers dit de « septembre 1871 », sur une période d’environ trois semaines à un mois, avec une très grande variété de combinaisons de timbres-poste. Les affranchissement tricolores marqués par des convoyeurs stations font partie des plus rares de ces affranchissements. Voilà un exemple de Rumilly.

En haut : Lettre simple déposée à la gare de Rumilly pour Grenoble affranchie au tarif du 1er septembre 1871 d’une combinaison des émissions Siège (YT n° 37, 20c), Bordeaux (YT n° 41B, 4c) et  Empire lauré (YT n° 25a, 1c), acheminée par le convoyeur au bureau d’Annecy (oblitération GC 110), le 11 septembre 1871, et retour via Chambéry à Grenoble.

Article annexe: 1867 – 1877 : Les Courriers-Convoyeurs-Stations de la Ligne Chambéry à Annecy

Les « 2 » de Rumilly

Les « 2 » de Rumilly

Pendant la restauration sarde (1815 – 1860), les postiers sardes, comme les postiers français, ont employé des tampons pour faciliter la taxation des lettres.

Curieusement, à Rumilly, on trouve deux différents tampons pour la taxe de 2 décimes. Il y a un tampon avec un chiffre « 2 » tout à fait typique pour l’époque (à voir en bas), et un deuxième tampon avec un chiffre « 2 » très spécial (à voir un haut). On ne trouve ce type de tampon qu’à Rumilly.

tout en haut : Lettre simple pour Annecy taxée « 2 » (20c, tarif du 1er janvier 1851, timbre-taxe dit « le 2 de Rumilly ») et marquée par le timbre à date à double cercle, le 27 novembre 1852, arrivée le même jour.

 

à droite : Lettre simple pour Annecy taxée « 2 » (20c, tarif du 1er janvier 1851, tampon avec un chiffre « 2 » typique pour l’époque) et marquée par le timbre à date à double cercle, le 29 décembre 1853, arrivée le même jour.
« Dopo la partenza » – une marque sarde de retard

« Dopo la partenza » – une marque sarde de retard

En haut : Lettre simple d’Annecy pour Bonneville taxée « 2 » (20c, tarif du 1er janvier 1851), détaxée (barrée par une croix à plume), marquée par le timbre à date sarde à simple cercle (Domenech M10 d’Annecy), le 5 août 1855, levée à « 6 S » (18 :00 h) après le départ (marque sarde « DOPO LA PARTENZA »).

 

La marque sarde « DOPO LA PARTENZA » (après le départ) est apposée au recto de la lettre lorsqu’elle est déposée à la boite après la dernière levée, ou reçu dans un bureau, sans pouvoir partir le jour même de son dépôt ou de sa réception. Cela permettait ainsi de justifier le retard dans la distribution de la lettre dans la mesure où elle n’était relevée au plus tôt que le lendemain.

Seuls les bureaux sardes d’importance ont été dotés de cette marque. Pour le bureau d’Annecy, son utilisation est connu à partir de 1846.

Dans l’ancien duché de Savoie, quelques bureaux ont utilisé une marque de retard à deux lignes et en français: « Après / Le / Départ ».  Au bureau de Rumilly, on a employé une toute autre marque de retard à simple ligne « Après le départ. » uniquement connue pour Rumilly (en bas).

En haut : Lettre simple de Rumilly pour Thorens-Sales (depuis 1947 Thorens-Glières) affranchie de la 3° émission Victor-Emmanuel II (20c, n° 8, 1854, tarif du 1er janvier 1851), oblitérée par le timbre à date à double cercle, postée le 17 juin 1855 « Après le départ. »

 

La poste française a introduit une marque de retard (marque rectangulaire à trois lignes « APRES / LE DEPART ») en janvier 1854 en province. Elle n’est plus fournie dès juillet 1868 et elle est retirée définitivement des bureaux à partir d’avril 1876. Par conséquent, dans l’ancien duché de Savoie, les anciens bureaux sardes ont été dotés des marques de retard françaises qui ont remplacés les marques de retard sardes à partir de l’annexion.