3 Boulevard du Lycée, 74000 Annecy
Amicale philatélique d’Annecy
1824 : Les timbres « RETRODATO »

1824 : Les timbres « RETRODATO »

A partir de 1824, les timbres « retrodato » remplacent les timbres « déboursé » introduits par la poste française pendant la période départementale des Etats Sardes. Ils furent utilisés par des bureaux principaux. Par exemple, le timbre « retrodato » d’Annecy est connu de juillet 1832 à août 1839, et celui de Chambéry d’août 1829 à août 1838. Mais on les trouve aussi dans des plus petits bureaux comme Thônes (non-signalé dans la littérature).

Exemple : Lettre simple d’AOSTA du 15 juillet 1844, déboursée (RETRODATO en rouge) à Thônes (marque linéaire en bleu). Cette lettre est taxée « 6 » au recto (6 soldi = 30 c) port pour la distance de 65 km à 110 km conformément au tarif du 30 avril 1844.

Mais, à lire l’adresse, on s’aperçoit que l’expéditeur a écrit Chamony Thônes. Pourquoi ? Chamonix n’est pas dans le district de Thônes, mais dans celui de Sallanches. La lettre est donc réexpédiée à Chamonix avec la mention manuscrite « bonne pour son adresse ».

Mais pourquoi une telle adresse ? L’expéditeur n’est plus là pour nous le dire !

Recto de la lettre simple d'Aosta pour Thônes

Recto de la lettre simple d’Aosta pour Thônes

Source: Vollmeier, Paolo (ed.) : Storia Postale del Regno di Sardegna dalle Origini all’Introduzione de Francobollo, volumes I, II, III, Castagnola (Suisse), 1985.

Page marcophile connexe : Les Timbres « RETRODATO » : Lettre de Taninges pour Chambéry.

 

1818: Les timbres à date linéaires

1818: Les timbres à date linéaires

1818: Les timbres à date linéaires (mois et quantième) furent introduits par il regolamento servicio delle poste (art. 42) du 12 août 1818 pour permettre à la Poste Sarde de contrôler le temps de parcours des lettres. Leur emploi à Annecy est connu de 1820 à 1840, à partir de 1841 seulement avec les marques PP.

Avant cette date, les lettres Sardes restent non datées.

Exemple : Marque M3 (marque française grattée) d’ « ANNECI » sans timbre à date sur lettre pour Evian du 2 janvier 1817, taxée « 3 » (soldi), tarif du 19 septembre 1772, rétabli 1816 – 1818.

Source: Vollmeier, Paolo (ed.) : Storia Postale del Regno di Sardegna dalle Origini all’Introduzione de Francobollo, volumes I, II, III, Castagnola (Suisse), 1985.

1848 : une lettre en port payé de Faverges pour Londres

1848 : une lettre en port payé de Faverges pour Londres

Faverges, une petite ville au sud du lac d’Annecy (population en 1848 : 2.758), est une ville industrielle déjà sous les romains et dès le moyen Age. En fait, le nom « Faverges » est dérivé des « forges ». L’industrie implique une communication, également avec l’étranger.

Exemple : Lettre (2° échelon, poids de 7,5 à 10g) du 27 août 1848 de Faverges pour Londres marquée par la marque de port dû. Elle fut payée jusqu’à destination (« p.d. » manuscrit et timbre « P.D. » en rouge. Remarque : La marque PP fut réservée à l’utilisation intérieure, donc elle ne peut pas être employée pour une lettre pour l’étranger). Le port se monta à « 42 » décimes (au verso ; tarif de la convention franco-sarde du 1er janvier 1839 : 1,5 fois la somme de 2,50 Lire, taxe pour le Royaume Uni par la France plus 30c pour Faverges à la frontière). La lettre voyagea par Pont-de-Beauvoisin (timbre français d’entrée « Sard. / Pont-de-B. » du 1er sept. 1848, Noël n° 1082 en rouge, connue depuis 1842) et arriva à Londres, le 2 septembre 1848 (timbre « PAID / T » en rouge).

 

Le port (au verso)

Le port (au verso)