3 Boulevard du Lycée, 74000 Annecy
Amicale philatélique d’Annecy

1950 – Signature à Saigon de l’Accord Franco Americano Indochinois

Le 23 Décembre 1950, suite à la conférence préparatoire de Pau, Français, Américains et Indochinois signent une convention d’association inter états « Indépendance ». Cette ratification a lieu le 23 Décembre avec le Vietnam, le 25 avec le Cambodge et le 26 avec le Laos. Ces Etats deviennent associés dans le cadre de l’Union Française.

En haut : Lettre 1er échelon pour l’intérieur du 17-12-50 : 15 F, tarif du 6-1-49. Oblitération Krag.

La griffe commémorative a été apposé à l’arrivée à Haiphong, le 23 Décembre 1950, comme le confirme le timbre d’arrivée au verso de cette lettre (à droite) : HAIPHONG NORD VIET-NAM 23-12-1950.

1948 – La Poste Consulaire Française de Jérusalem et la Marianne de Gandon

Le 25 Avril 1948, Jérusalem est encerclée par la Légion arabe, le service postal est complètement interrompu. Ce même jour, le Consul Général de France, René Neuville demande au Ministère des Affaires Etrangères de lui envoyer 5000 timbres Marianne de Gandon à 6 francs.

En plus, le Consulat, par ordonnance officialise l’acheminement du courrier des ressortissants français par le Consulat et la valise diplomatique. Les lettres arrivent au secrétariat du Ministère des Affaires Etrangères qui les réexpédie à leur destinataire. Le tarif est fixé à 6 F pour la lettre par bateau et 10 F supplémentaires par voie aérienne. En attendant la livraison des Mariannes de Gandon, 300 timbres « AFFAIRES ETRANGERES GRATIS  » sont surchargés : 150 « JERUSALEM POSTES FRANCAISES 6 FRANCS  » et 150 « JERUSALEM POSTE AERIENNE 10 FRANCS « .

Les 5, 12 et 13 Mai 1948, un reliquat de feuille du 6 F rose Marianne de Gandon est utilisé sans surcharge. Ils sont annulés par le grand timbre à date « JERUSALEM POSTES FRANCAISES  » livré le 5 Mai 1948.

En haut: Carte postale représentant le Consulat Général de France à Jérusalem du 13 Mai 1948 adressée à Y Neuville. Affranchie avec un 6 F rose Marianne de GANDON non surchargé.

On connait 15 à 20 courriers affranchis ainsi.

Pour plus de détails, téléchargez l’étude de Jean-Louis Perrel.

1869 – Une lettre locale acheminée par le convoyeur Barr à Strasbourg

On connait l’emploi du timbre dit « convoyeur station » de la ligne Barr à Strasbourg « BARR.ST. » de 1868 à 1870. La dernière station avant Strasbourg, c’est Lingolsheim qui appartint à la circonscription postale de Strasbourg. Par conséquent, on peut trouver des lettres locales de Lingolsheim à Strasbourg (lettres nées et distribuables dans la circonscription postale du même bureau, tarif du 1er janvier 1863) marquées par le timbre convoyeur station. C’est une combinaison peu commune.

Exemple : Lettre simple locale de Lingolsheim pour Strasbourg affranchie de l’émission Empire lauré (YT n° 28, 10c, tarif du 1er janvier 1863), marquée par le convoyeur du 1° départ, le 25 juillet 1869, oblitérée par GC 3465 de Strasbourg et arrivée le même jour (timbre T16 de Strasbourg au verso).

En 1869, Lingolsheim n’était pas encore doté d’un bureau de poste. Le premier bureau de poste de Lingolsheim a été ouvert par l’administration de l’occupation allemande, le 1er avril 1875.

1868 – La fausse couronne de Dannemarie des convoyeurs stations de la ligne ferroviaire Besançon à Dijon

Dannemarie (depuis 1922 Dannemarie-sur-Crête) est situé dans le département Doubs (24) à la ligne ferroviaire Belfort – Besançon – Dijon. Par ailleurs, il existe un autre Dannemarie dans le département Haut Rhin (66) à la ligne Belfort – Mulhouse. Il en résulta une confusion chez l’administration postale qui aboutit à une erreur dans le timbre du convoyeur station : la station de Dannemarie en Doubs obtint une couronne avec l’indicatif départemental „66“ (Haut Rhin) au lieu de „24“ (Doubs). Soit personne n’a aperçu cette erreur soit par négligeance, cette fausse couronne a été employée par les convoyeurs de Belfort à Dijon, de Montbéliard à Dijon et de Besançon à Dijon pendent plusieurs années.

Exemple : Lettre simple pour Epinac affranchie de l’émission Empire lauré (YT n° 29, 20c, tarif du 1er janvier 1862), marquée à Dannemarie en Doubs (24) avec le timbre « Dannemarie / (66) » par le convoyeur Besançon à Dijon (B.DIJ) du 1° départ, le 7 octobre 1868, et oblitérée par les PC des GC 1307 de Dijon.

A propos, il n’exista pas de convoyeur station sur la ligne de Mulhouse à Belfort. Donc, une couronne « Dannemarie / (66) » pour Dannemarie en Haut Rhin (66) n’existe pas !

Type Sage – le 20c seul sur papiers d’affaires recommandés

Le timbre-poste type Sage 20c type II brique sur vert est mis en vente en 1884. Il est destiné à l’affranchissement des imprimés et papiers d’affaires.

Le tarif du 1er avril 1898 baisse le droit fixe de recommandation de 25c à 10c pour les papiers d’affaires. Ce tarif permet des utilisations pas communes de ce timbre à 20c.

Exemple : Bande recommandée (« R » en noir) avec mentions manuscrites « Papiers d’affaires » (2° échelon, de 50g à 100g) pour Morey affranchie du type Sage (n° YT 96 – type II, 20c, dont 10c pour l’affranchissement, tarif du 1er janvier 1876, et 10c pour le droit fixe de recommandation, tarif du 1er avril 1898), oblitérée et marquée par le timbre à date A2 de Voisey, 2E levée du 30 juin 1898, arrivée le 1er juillet (timbre à date au verso).

Taxe pour timbre ayant déjà servi (II)

Lettre (1° échelon de poids 0 à 15 g) postée le 6 décembre 1882 (timbre à date T18 I – « HTE-SAVOIE » – d’Annecy) affranchie de l’émission Sage (YT n° 90, 15c, tarif du 1er mai 1878) ayant déjà servi et taxée par un timbre-taxe de l’émission Duval ( YT n° 18, 30c) oblitéré par le timbre à date T18 II (« HAUTE-SAVOIE ») d’Annecy, le 7 décembre. La justification de la taxe est prise selon le tarif du 1er mai 1878 pour une lettre non affranchie.

 

Nous avons déjà traité l’utilisation des timbres frauduleux, mais cette pièce mérite une certaine attention parce qu’un dossier complet comprenant 7 documents concernant cette lettre existe :

  • lettre manuscrite de l’expéditeur.
  • procès verbal du bureau destinateur, Annecy, du 26 décembre 1882.
  • procès verbal n° 113 du procureur de la République à Annecy, du 28 décembre 1882.
  • réquisitoire introductif du parquet du procureur de la République d’Annecy, du 8 janvier 1883.
  • dépose d’un témoin du 15 janvier 1883.
  • ordonnance de communication par le juge d’instruction d’Annecy, du 16 janvier 1883.
  • lettre du juge d’instruction d’Annecy du 17 janvier 1883 déclarant : affaire à suivre en l’état.

Et tout pour une taxe de 30 centimes !

Téléchargez le procès verbal du 26 décembre 1882 et téléchargez le dossier complet.

Article connexe : Taxe pour timbre ayant déjà servi (I)