3 Boulevard du Lycée, 74000 Annecy
Amicale philatélique d’Annecy

« Dopo la partenza » – une marque sarde de retard

En haut : Lettre simple d’Annecy pour Bonneville taxée « 2 » (20c, tarif du 1er janvier 1851), détaxée (barrée par une croix à plume), marquée par le timbre à date sarde à simple cercle (Domenech M10 d’Annecy), le 5 août 1855, levée à « 6 S » (18 :00 h) après le départ (marque sarde « DOPO LA PARTENZA »).

 

La marque sarde « DOPO LA PARTENZA » (après le départ) est apposée au recto de la lettre lorsqu’elle est déposée à la boite après la dernière levée, ou reçu dans un bureau, sans pouvoir partir le jour même de son dépôt ou de sa réception. Cela permettait ainsi de justifier le retard dans la distribution de la lettre dans la mesure où elle n’était relevée au plus tôt que le lendemain.

Seuls les bureaux sardes d’importance ont été dotés de cette marque. Pour le bureau d’Annecy, son utilisation est connu à partir de 1846.

Dans l’ancien duché de Savoie, quelques bureaux ont utilisé une marque de retard à deux lignes et en français: « Après / Le / Départ ».  Au bureau de Rumilly, on a employé une toute autre marque de retard à simple ligne « Après le départ. » uniquement connue pour Rumilly (en bas).

En haut : Lettre simple de Rumilly pour Thorens-Sales (depuis 1947 Thorens-Glières) affranchie de la 3° émission Victor-Emmanuel II (20c, n° 8, 1854, tarif du 1er janvier 1851), oblitérée par le timbre à date à double cercle, postée le 17 juin 1855 « Après le départ. »

 

La poste française a introduit une marque de retard (marque rectangulaire à trois lignes « APRES / LE DEPART ») en janvier 1854 en province. Elle n’est plus fournie dès juillet 1868 et elle est retirée définitivement des bureaux à partir d’avril 1876. Par conséquent, dans l’ancien duché de Savoie, les anciens bureaux sardes ont été dotés des marques de retard françaises qui ont remplacés les marques de retard sardes à partir de l’annexion.

Les timbres à date T18 d’Annecy

En haut : Lettre (1° échelon) d’Annecy pour Galway / Irlande affranchie de l’émission Sage (n° 89 – type II, 10c, plus n° 90B – type II D état 1, 15c ; tarif du 1er mai 1878), oblitérée et marquée par le timbre à date T18 I a (« HTE-SAVOIE », bloc dateur en caractères romains), 2E levée du 23 juillet 1881.

Le bureau de poste français d’Annecy a été créé le 14 juin 1860. Il remplaça le bureau sarde au moment de l’annexion de la Savoie par la France. A partir d’octobre 1860, les timbres à date utilisés par le bureau d’Annecy sont des timbres à date français.

Dans cette page marcophile savoyarde, nous étudions les timbres à date de type T18 d’Annecy dont il y en a eu trois. Le premier timbre à date au style d’un T18 est…lire la suite

Décembre 1862 – les GC 110 d’Annecy arrivent

En haut: Lettre (1° échelon) d’Annecy pour Thorens(-Sales; dès 1947 Thorens-Glières) affranchie de l’émission Empire non dentelé (YT n° 13A, 10c) oblitérée par GC 110 et marquée par le timbre à date T15, le 23 décembre 1862. La lettre ne fut pas suffisamment affranchie: Thorens-Sales était un bureau de direction. Donc le tarif réduit pour des lettres d’un bureau pour une distribution avec laquelle ce bureau est en relation directe (tarif du 1er avril 1830) ne s’appliqua pas. La lettre est donc taxée « 2 » (décimes) conforme au tarif du 1er janvier 1862: La taxe est le port d’une lettre non affranchie (30c) moins des valeurs collées (10c).

 

L’introduction des GC en France: Les oblitérations gros chiffres ont commencé d’être utilisées vers la fin de 1862 à la place des petits chiffres et ce jusqu’au 1er avril 1876, date de la suppression des timbres oblitérants.

Les oblitérations GC de décembre 1862 et sur les timbres-poste de l’émission Empire non dentelé sont alors bien recherchées.

La raison de ce changement provient du fait que les petits chiffres sont peu lisibles et qu’ils s’encrassent souvent. On reprend donc le losange des petits chiffres et on augmente la taille des chiffres de 4 à environ 7 millimètre.

En plus, le classement alphabétique des bureaux de poste en 1862 est devenu obsolète. En dix ans, de nombreux bureaux ont été crée surtout par l’annexion de l’ancien duché de Savoie. Par exemple, le bureau d’Annecy obtint les PC 4199 en juin 1860.

L’administration attribue à tous les bureaux de poste un nouveau numéro par l’ordre alphabétique. Par conséquent, le bureau d’Annecy obtint les GC 110. Par la suite, on utilise les numéros restant libres dans la nouvelle nomenclature pour les nouveaux bureaux. Ainsi, en 1876, il existe près de 6000 oblitérations gros chiffres.

Source: http://marcophilie.org/los-gc.html 

Marques départementales en Savoie: Le cas particulier de FRANGY

Fig. 1a (en haut) : Marque de Port dû : 84 FRANGY sur lettre pour Chambéry.

 

FRANGY est le seul bureau de Savoie à avoir connu trois départements pendant la période Française (1792 -1815).

Trois Marques Postales se sont donc succédées :

  • Département du Mont-Blanc (27/11/1792-26/08/1798): Marque 84 FRANGY : 27mmx10mm (Fig. 1 et 1a)
  • Département du Léman (26/08/1798-30/5/1814): Marque 99 FRANGY : 39mmx12mm (Fig. 2 et 2a)
  • Département du Mont-Blanc entre les deux traités de PARIS (30 Mai 1814 jusqu’à fin décembre 1815) : Marque 84 FRANGY différente de la précédente : 31mmx12mm (Fig. 3 et 3a)

 

Fig. 1 : 84 Mont-Blanc

Fig. 2 : 84 Mont-Blanc + 99 Léman. Le pays de Sallanches (vert clair) resta au Mt Blanc jusqu’au 17 février 1800.

Fig. 3 : 84 Mont Blanc remanié (30/05/1814 – fin décembre 1815).

Fig. 2a : Marque de Port dû : 99 FRANGY sur lettre pour ÉVIAN

Fig. 3a :  Marque de Port dû : 84 FRANGY sur lettre pour   Annecy : 11 Septembre 1815.

 

Bien entendu cette dernière marque (14/07/1815 – 31/12/1815) est beaucoup plus difficile à rencontrer que les précédentes.

La Poste Sarde: Taxes des Lettres Affranchies Insuffisantes

En application de l’article 14 de la Convention postale sarde du 9 avril 1854, il existe deux situations principales (cliquez à droite).

1. Le Courrier est à destination des Etats Sardes :

La lettre est timbrée en fonction de sa destination (lettre en port local ou lettre pour le reste des Etats Sardes).

Exemple (en haut): La lettre d’Annecy pour Chambéry est affranchie à 20 centimes comme une lettre simple 1er échelon (poids moins de 7,5g, tarif du 1er janvier 1851). Après contrôle de son poids, 8 grammes, elle est considérée comme lettre de 2ème échelon (mention manuscrite « 8 / 2 ») dont la taxe est de 40 centimes. Le timbre apposé sur la lettre est pris en compte et le complément de taxe à percevoir (20 centimes, « 2 » décimes) est à la charge du destinataire (mention manuscrite « supplément de taxe »), sans taxe supplémentaire.

2. Le courrier est à destination de l’étranger :

Si l’affranchissement de la lettre est insuffisant, la taxe est calculée en fonction des conventions passées entre la Sardaigne et les pays concernés. Pour la France la taxe d’une lettre simple est fixée à 50 centimes, pour la Suisse la taxe est de 40 centimes en application des conventions de 1850.

Exemple 1 (en bas) : Lette d’Aix-les-Bains de 1856 pour Bourgoin, affranchie à 10 centimes avec le timbre à date d’AIX LES BAINS 19 JUIN 56. Il manque donc 40 centimes. La poste applique le cachet TIMBRE INSUFFISANT, taxe 5 décimes noire au tampon et cachet d’entrée en France SARD.1 PONT DE BEAUVOISIN 20 JUIN 56 en rouge. Les timbres ne sont pas décomptés.

Exemple 2 (en haut) : Lettre de Saint Genix pour Carouge (Canton de Genève) La ville de Carouge a été sarde jusqu’en 1816. Après le Traité de Turin, la ville de Carouge a été cédée au canton de Genève. La lettre est affranchie à 20 centimes avec une adresse erronée : Carouge en Savoie. La taxe des lettres simples pour le canton de Genève est fixée à 40 centimes. Le destinataire doit donc payer le maximum de la taxe, soit 40 centimes (taxe genevoise apposée au tampon noir).

1819 – 1860 : La Franchise Postale à Annecy (II)

Exemple (en haut) : Lettre en franchise de l‘Intendance Générale d’Annecy avec la marque donnant la franchise (en bleu), connue de 1848 à 1849, et le contreseing pour l’Intendant de la province de Faucigny à Bonneville marquée par la marque sarde linéaire avec date en italien (Domenech M6 d’Annecy, connue 1826 – 1849).

L’intendance générale d’Annecy fut créée par la loi du 25 août 1842. Après l’utilisation de cette marque donnant la franchise, elle utilisa une marque postale de franchise, connue de 1852 à 1859 (voir partie I de cette page marcophile).

 

Nous avons déjà discuté la franchise postale dans les Etats sardes et donné des exemples des marques postales de franchise employées par des organismes publics situés à Annecy dans la partie I de cette page marcophile.

Dans cette partie II, nous présentons quelques marques donnant la franchise. On trouve une liste exhaustive de ces marques d’Annecy chez Domenech (1966, 1984).

Nous rappelons qu’une marque donnant la franchise frappée sur le courrier d’un organisme montre l’autorisation de la franchise postale, mais elle n’est valable qu’avec le contreseing du chef ou un autre responsable de cet organisme public.

(en haut) : Lettre (circulaire) de la « ISPEZIONE DI POLIZIA DI ANNECY » (marque donnant la franchise, en Italien et en rouge, connue de 1819 à 1829, contreseing) pour Doussard marquée par la marque française grattée « ANNECI » (Domenech M3 d’Annecy, connue 1816 – 1829), le 4 mai (timbre à date linéaire) 1821.

Parfois, la marque donnant la franchise n’est que l’écriture du nom de l’organisme public ayant le droit de franchise. Voilà en bas un exemple de l’Avocat Fiscal d’Annecy sur une lettre en franchise pour le greffier du mandement de Rumilly marquée par le timbre à date à simple cercle (Domenech M10 d’Annecy, connue 1854 – 1860), le 4 septembre 1857, levée du « 3 S » (15 h 00).

En plus, on trouve aussi du courrier en franchise sans marque donnant la franchise. Voilà un exemple du directeur de la Poste Royale à Annecy.

(en haut) : Lettre locale en franchise sans marque donnant la franchise du « Directeur (de la Poste Royale) à Annecy » (contreseing à main, blason au verso) marquée par le timbre à date à simple cercle (Domenech M10 d’Annecy, connue 1854 – 1860), le 18 août 1854, levée du « 10 M » (10 h 00).

Au verso de cette lettre, on trouve une empreinte du blason de la Poste Royale à Annecy.

Page marcophile connexe : La Franchise Postale à Annecy (I).  

Sources :

  • Domenech, Michel : Marques Postales et Oblitérations de Savoie des Origines à 1876, Chambéry, 1966.
  • Domenech, Michel : idem, mise à jour, Chambéry 1984.
  • Vollmeier, Paolo (ed.) : Storia Postale del Regno di Sardegna dalle Origini all’Introduzione de Francobollo, volumes I, II, III, Castagnola (Suisse), 1985.