3 Boulevard du Lycée, 74000 Annecy
Amicale philatélique d’Annecy
Décembre 1862 – les GC 110 d’Annecy arrivent

Décembre 1862 – les GC 110 d’Annecy arrivent

En haut: Lettre (1° échelon) d’Annecy pour Thorens(-Sales; dès 1947 Thorens-Glières) affranchie de l’émission Empire non dentelé (YT n° 13A, 10c) oblitérée par GC 110 et marquée par le timbre à date T15, le 23 décembre 1862. La lettre ne fut pas suffisamment affranchie: Thorens-Sales était un bureau de direction. Donc le tarif réduit pour des lettres d’un bureau pour une distribution avec laquelle ce bureau est en relation directe (tarif du 1er avril 1830) ne s’appliqua pas. La lettre est donc taxée « 2 » (décimes) conforme au tarif du 1er janvier 1862: La taxe est le port d’une lettre non affranchie (30c) moins des valeurs collées (10c).

 

L’introduction des GC en France: Les oblitérations gros chiffres ont commencé d’être utilisées vers la fin de 1862 à la place des petits chiffres et ce jusqu’au 1er avril 1876, date de la suppression des timbres oblitérants.

Les oblitérations GC de décembre 1862 et sur les timbres-poste de l’émission Empire non dentelé sont alors bien recherchées.

La raison de ce changement provient du fait que les petits chiffres sont peu lisibles et qu’ils s’encrassent souvent. On reprend donc le losange des petits chiffres et on augmente la taille des chiffres de 4 à environ 7 millimètre.

En plus, le classement alphabétique des bureaux de poste en 1862 est devenu obsolète. En dix ans, de nombreux bureaux ont été crée surtout par l’annexion de l’ancien duché de Savoie. Par exemple, le bureau d’Annecy obtint les PC 4199 en juin 1860.

L’administration attribue à tous les bureaux de poste un nouveau numéro par l’ordre alphabétique. Par conséquent, le bureau d’Annecy obtint les GC 110. Par la suite, on utilise les numéros restant libres dans la nouvelle nomenclature pour les nouveaux bureaux. Ainsi, en 1876, il existe près de 6000 oblitérations gros chiffres.

Source: http://marcophilie.org/los-gc.html 

La Poste Sarde: Taxes des Lettres Affranchies Insuffisantes

La Poste Sarde: Taxes des Lettres Affranchies Insuffisantes

En application de l’article 14 de la Convention postale sarde du 9 avril 1854, il existe deux situations principales (cliquez à droite).

1. Le Courrier est à destination des Etats Sardes :

La lettre est timbrée en fonction de sa destination (lettre en port local ou lettre pour le reste des Etats Sardes).

Exemple (en haut): La lettre d’Annecy pour Chambéry est affranchie à 20 centimes comme une lettre simple 1er échelon (poids moins de 7,5g, tarif du 1er janvier 1851). Après contrôle de son poids, 8 grammes, elle est considérée comme lettre de 2ème échelon (mention manuscrite « 8 / 2 ») dont la taxe est de 40 centimes. Le timbre apposé sur la lettre est pris en compte et le complément de taxe à percevoir (20 centimes, « 2 » décimes) est à la charge du destinataire (mention manuscrite « supplément de taxe »), sans taxe supplémentaire.

2. Le courrier est à destination de l’étranger :

Si l’affranchissement de la lettre est insuffisant, la taxe est calculée en fonction des conventions passées entre la Sardaigne et les pays concernés. Pour la France la taxe d’une lettre simple est fixée à 50 centimes, pour la Suisse la taxe est de 40 centimes en application des conventions de 1850.

Exemple 1 (en bas) : Lette d’Aix-les-Bains de 1856 pour Bourgoin, affranchie à 10 centimes avec le timbre à date d’AIX LES BAINS 19 JUIN 56. Il manque donc 40 centimes. La poste applique le cachet TIMBRE INSUFFISANT, taxe 5 décimes noire au tampon et cachet d’entrée en France SARD.1 PONT DE BEAUVOISIN 20 JUIN 56 en rouge. Les timbres ne sont pas décomptés.

Exemple 2 (en haut) : Lettre de Saint Genix pour Carouge (Canton de Genève) La ville de Carouge a été sarde jusqu’en 1816. Après le Traité de Turin, la ville de Carouge a été cédée au canton de Genève. La lettre est affranchie à 20 centimes avec une adresse erronée : Carouge en Savoie. La taxe des lettres simples pour le canton de Genève est fixée à 40 centimes. Le destinataire doit donc payer le maximum de la taxe, soit 40 centimes (taxe genevoise apposée au tampon noir).